Ma p'tite maman

" Tu sais ma petite maman il faut qu’on parle tous les deux. Je n’ai que dix ans mais j’ai compris beaucoup de choses. J’ai vu tes larmes cachées derrière tes sourires magiques. J’ai vu tes yeux inquiets me lançant des ‘je t’aime’ bien avant que ta voix ne vienne jusqu’à moi. Je sais que tu aurais aimé me voir grandir, peut-être continuer à faire des études, aller à la fac ou être pompier. Mais tu sais que je ne vais pas pouvoir. Je suis fatigué maman, je n’en peux plus. Je voudrais dormir. Mais pas dormir juste une nuit. Je voudrais m’endormir et retrouver papy. Je fermerais mes yeux comme si je fermais les volets de ma chambre et quand je les rouvrirais, il y aurait papy, et puis aussi Nestor, son chien tout noir. Et puis tu diras à mamie qu’avec papy je serais bien. On irait se promener le long du canal et on regarderait les canards. Tiens tu vois j’aurai bien aimé faire véto.

Faut pas pleurer ma ptite maman, je resterais toujours près de toi. Je serais dans ton cœur et toi dans le mien. Et puis tu ne seras pas seule tu auras Fanny et puis le petit Maxence. Tu pourras lui donner mes voitures je suis sûr qu’il sera content, et puis comme ça il pensera à moi. Tu vois j’ai peur qu’il m’oublie il est plus petit que moi.

Ne soit pas fâché contre moi ma p’tite maman, je t’aime tant. J’ai fait de mon mieux je t’assure comme quand j’essayais de retenir une récitation à l’école. Tu m’aidais si bien que je finissais par y arriver. Alors là c’est moi qui voudrais t’aider, te donner le reste de force qui me laisse pour que tu me prennes dans tes bras, que tu me berces jusqu’à m’endormir. Et puis ce soir ou un autre soir mais bientôt j’irai rejoindre papy.

Fais-moi un beau sourire maman, c’est avec ce sourire là que je veux m’endormir, l’emporter avec moi.

Je t’aime maman et c’est pour ça que te dis ça aujourd’hui parce que un jour tout près je ne pourrais plus être plus alors je veux que tu saches.

Allez maman prends moi dans tes bras, berce-moi avec ton sourire, avec not’ chanson et laisse-moi ainsi m’endormir et partir.

Je t’aime ma p’tite maman

 

Isabelle Vouriot

20 janvier 2014 - © texte protégé

 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire