Dilemme

C’est toujours là au fond de moi. Un dilemme plus ou moins présent selon les instants de mes humeurs, des événements qui ont lieu directement pour moi.

Je me suis délivrée de toi. Mon cœur s’est presque complétement  libéré de toi. Mon âme elle t’est encore attachée et le sera toujours je crois.

C’était fort ce que nous avions vécu. Enfin il me semble. Parfois j’en arrive à me demander si j’ai rêvé tout ça. Et puis je regarde la statuette. Je lis ta lettre, la carte postale. Je vois le livre. Non je n’ai pas rêvé tout ça est bien là près de moi. Tout ce que tu m’as laissé en souvenirs. Tout ça fait partie de moi pour toujours et m’apporte une douce sensation. Une sensation qui m’émeut profondément parce que par toi, j’ai enfin pris conscience de qui j’étais vraiment, de ce que j’étais capable de vivre ou non. Par toi j’ai repris confiance en moi, en l’écriture. Je ne veux me souvenir que ça même si mon cœur bondit à cet instant dans ma poitrine. Lui n’a pas oublié les blessures que j’ai ressenties quand tu m’as dit adieu. Mon cœur n’a jamais voulu accepté. Je me suis souvent battue avec lui et ce n’a pas été facile. Là aussi un sacré dilemme pour lui. L’harmonie est enfin acquise entre mon âme et lui. Presque complétement. Il me fait parfois des petites rechutes. Normal pour le cœur tendre que j’ai. Je lui apprends tous les jours.

Mon âme me dit parfois qu’il te reste un peu d’attachement pour moi. Et puis l’écho me répond non ! Comment expliquer sinon ce silence que tu as installé entre nous.

J’aimerai te savoir heureux. Je sais que ta vie a évolué mais est ce que tout cela te rend heureux comme je peux l’être moi très souvent pour de petits détails ?

Aujourd’hui oui encore je suis au dilemme de savoir si oui ou non je t’enverrai ce texte que tu liras ou non. Il fut un temps où tu les lisais tous, puis quelques-uns seulement. Il faut dire que j’ai la plume très prolifique avec toi. J’entends ton sourire, ton soupir à ces mots-là. Je n’ai jamais été consciente de te harceler par les mots.  J’étais ailleurs en train de mener un combat entre mon âme et mon cœur.  Maintenant je l’admets et je te demande de me pardonner.

En-es-tu capable ou cela est-il un dilemme pour toi ?

 

Isabelle Vouriot

26 février 2014 - © texte protégé

 

 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire