Rubican de rêve

« Vas-y  mon ami, va droit devant
Déborde de vitalité en ce jour
Sois fier d’être un alezan rubican
En ce printemps d’amour. »
 
Je te murmure ces mots à l’oreille
Toi et moi ne faisons plus qu’un
Parcourant la lande et ses merveilles
Respirant la liberté et son parfum.
 
Ton galop m’entraine vers un ailleurs
D’hier ou de demain, invisible.
Doucement  mes pensées intérieures
Se calment jusqu’à devenir paisible.
 
Le vent nous chante une cantilène
Accompagné de ce soleil
Jusqu’au bout de la plaine
Jusqu’au bout du réveil.
 
Je n’ai jamais monté à cheval
Pourtant cette nuit j’ai ressenti
Au son d’un air médiéval
Un désir  jamais assouvi.
 
Isabelle Vouriot
12 avril 2013 – tous droits réservés

 

 

 

 

 

 

 

 

1 vote. Moyenne 4.00 sur 5.

Ajouter un commentaire