Délires

J’ai tant aimé de nous
Nos délires
Nos sourires
Nos fou-rires
Il a suffi de si peu
Ou si peu de beaucoup
Nos partages
Nos silences
Nos regards
Vivre le moment présent
Caresses en folie
Apaisantes de douceur
D’une tendresse partagée
 
J’ai tant aimé de nous
Sauf les larmes d’adieu
Les cris de détresse
Ceux de tristesse
D’amertume et de colère
Pour ne pas sombrer
Dans ce néant
Qui alors s’invite
Pour détruire
Sauf ces silences de l’absence
Du temps qui poursuit sa course
Contre toute attente
Inexorablement sans nous
 
J’ai tant aimé de nous
Et toi te souviens-tu 
Préfères-tu oublier
Mettre au rancard ces moments
D’une intensité magique
Que sans doute jamais
Nous ne retrouverons
Ni ici ni ailleurs
Ensemble ou séparés
Simplement j’espère
Un peu de lumière
Un éclat de soleil
Couleur d’une nouvelle amitié.
 
Isabelle Vouriot
27 avril 2014 - © texte protégé

 

 

 

 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire