Carence d'écriture

J’écris, j’efface
Des lignes en volte-face
Les mots me font résistance.
Mon âme sans doute en  carence
Souffre des absences
Des silences
Malgré ta présence
Je me trouve sans défense.
 
Les mots se bousculent
De l’aurore au crépuscule
Tels des gredins, des canailles.
Bien à l’abri dans mon chandail
Le froid s’insinue, se disperse
En averse
Larmes passagères, apaisantes
D’une tristesse agonisante.
 
J’écris, je supprime
Des mots en  déprimes
De ne pouvoir rayonner
Sur une page, illuminer.
J’arrive enfin à faire ami-ami
Mettre les mots en harmonie
Les aimeras-tu ainsi
Dis-moi-toi mon ami ?
 
Isabelle Vouriot
5 février 2014 - © texte protégé

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire