Le Roi Hautain

Triste comme le temps je suis

Et mon cœur pleure

Mon âme a froid

Ton arc-en-ciel a disparu

Il ne reviendra pas

Pas même au printemps

 

Ton empreinte est en moi

Je ne suis qu’une mendiante

Qui a faim, soif de toi  

Tu es devenu roi hautain

Qui ne veut plus de moi

Pas même comme putain

 

Je me noie dans la rivière

De mes sentiments

La folie me guette

Comme les autres

Tu m’as rejetée, oubliée

M’as-tu seulement, un peu, aimée ?

 

Je saigne à l’intérieur

Je ne serai bientôt qu’un vide

Un vide empli de ton essence

Chaque absence allume l’étincelle

Qui me fera partir

Dans le grand brasier de la déraison

 

Ton empreinte est en moi

Je ne suis qu’une mendiante

Qui a faim, soif de toi  

Tu es devenu roi hautain

Qui ne veut plus de moi

Pas même comme putain

 

Isabelle Vouriot © 9 novembre 2017 — texte déposé

 

 

 

 

 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire