Ce parfum

J’ai posé sur mon cœur

Cette petite layette

Que je t’avais mise à ta naissance

J’ai  respiré le parfum de ces années

Par-dessus la naphtaline

Et mille images me sont revenues

Tes sourires, tes premiers gazouillis

En fait je ne les ai jamais oubliés

Juste là bien au chaud à l’intérieur

Ces souvenirs ont grandi avec toi

Faisant place à d’autres

Tes premières dents de lait

Cachées sous l’oreiller

Ton permis de conduire

Ta robe de mariée

Et puis surtout

Ton ventre qui s’arrondissait

Et qui me bouleversait

Toi mon enfant

Tu allais devenir à ton tour mère

 

Je vais laver ta layette

Qu’elle soit prête le jour J

Au parfum d’une nouvelle enfance

Pour cet enfant qui va naître

De cet enfant à qui j’ai donné naissance

Qu’il fasse pluie ou soleil

Ce jour-là restera pour toujours

Un jour merveilleux de bonheur

J’ai respiré une dernière fois

Le parfum de ton enfance

Il s’envole doucement

Vers d’autres rivages

Et j’attends doucement

D’embrasser ce bébé dans tes bras

D’en respirer son parfum

Et de laisser cet immense bonheur m’envahir

Comme ce jour où je t’ai serré dans mes bras

Que mes seins se sont gonflés pour toi

Que mes nuits ont été écourtées

Pour te regarder dormir, t’entendre respirer

Et t’aimer simplement en respirant ce bonheur…

 

Isabelle Vouriot - © texte protégé

10 juin 2015

 

 

 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire